In

ENVIRONNEMENT


Reboisement par les élèves
Dans les 12 écoles du complexe Paradis des Indiens, les enfants de tous les niveaux, du préscolaire à la sixième fondamentale, entretiennent une fois par semaine une pépinière. Les enfants préparent des semis, arrosent leurs plantules et quand les plantes sont matures, chacun des enfants en rapportent quelques unes dans leur famille pour faire la mise en terre. Le cycle se répète deux ou trois fois par année.

vert


Greffage de manguiers
Les paysans respectent les arbres fruitiers, particulièrement les manguiers qui sont recherchés pour leur valeur alimentaire et comme source de revenu. Mais quand ceux-ci sont trop vieux ou de piètre qualité, le problème de déboisement se pose. C’est par une technique les rendant plus productifs en y greffant des fruits de grande qualité (mango Madan Francis) que les objectifs de protection de l’environnement et de sécurité alimentaire ont pu être jumelés. En 2006 la Fondation Haïti Partage a aidé la Fondation Paradis des Indiens à greffer 6 094 manguiers situés sur les terres familiales de paysans très pauvres dans la Commune des Abricots. L’opération s’est poursuivie jusqu’en 2010.

man


Plantation d’arbres fruitiers
Le déboisement s’explique le plus souvent par la nécessité pour les paysans de fabriquer du charbon de bois à partir des arbres coupés. Ce charbon est nécessaire à la cuisson des aliments. Toutefois ils ne sont pas portés à couper les arbres fruitiers source alimentaire et de revenu d’appoint. Aussi la Fondation Haïti Partage a soutenu et réalisé un projet de plantation d’orangers, d’avocatiers et surtout d’arbres à pin (véritab en créole) sur un grand terrain dans le village des Abricots. L’aménagement d’une pépinière à l’entrée du village a aussi encouragé le reboisement dans la région.

reb